Un objectif, une histoire.

Dernière mise à jour : 4 août

À l'instar du magicien, il parait que les photographes ne dévoilent jamais leurs secrets ou leur façon de travailler à leurs confrères. C'est en quelque sorte leurs petits jardins secrets, un trésor jalousement gardé qui permettrait de se démarquer des autres, de garder une avance dans la course à la photographie (de mariage dans notre cas). D'autres taisent leurs techniques mais proposent, à juste titre, leurs trucs et astuces lors de formations ou workshop.


De ce fait, j'ai choisi de parler d'eux, de me pencher sur leur travail et de comprendre leur passion (même si je sais déjà de quoi il en retourne). On va découvrir ensemble leurs secrets (s'il en est), leurs parcours et leurs histoires au travers de leur objectifs.

Chaque photographe est différent et chacun d'entre eux propose une vision de la photographie de mariage qui lui est propre et de ce fait, je n'ai pas choisi des photographes au hasard. J'aurai pu en sélectionner d'avantage mais, pour cette première session, j'ai préféré m'attarder sur quatre d'entre eux. Quatre photographes dont le travail me parle ou me touche pour une raison ou une autre, mais ce sont surtout des photographes avec qui je peux discuter sans filtre de leurs visions de la photo et de ce qui les pousse à créer sans cesse des images d'exceptions.


Qu'est-ce qui fait que leur travail est plus apprécié que celui d'un autre, et comment font-ils pour se démarquer ?

Quel est le secret d'une photo réussie ?


 

"Je ne fais que des photos de mariages, rien d'autre." - Morgan Degorre

Morgan est un photographe que j'admire par la qualité de son travail et notamment lorsqu'il utilise un flash pour offrir des scènes inoubliables à ses mariés. Parce que créer une image c'est avant tout la mettre en lumière, il est impératif de positionner l'éclairage au bon endroit pour raconter l'histoire que l'on imagine.

De ce fait, Morgan a une excellente gestion de la lumière et pour cause, il a commencé la photo il y a plus de 10 ans en boite de nuit. Il n'y a pas mieux comme exercice pour comprendre comment sortir une belle image en condition de faible luminosité ou pour supprimer les mauvaises lumières des spots et lasers du DJ tout en gardant une ambiance qui donne envie de faire la fête, mais surtout pour faire ressortir son sujet et comprendre ce que l'on raconte dans notre image.

" En boite de nuit, j'ai clairement compris qu'il fallait oublier le mode automatique. Mes premiers reportages photos là-bas étaient catastrophiques alors j'ai essayé des choses en mode manuel et j'ai utilisé des flashs cobra. "

Il s'est ensuite tourné vers les concerts et les festivals avant de créer sa société il y a trois ans pour se consacrer uniquement à la photographie de mariage, rien d'autre.

Avec un style qui tire sur le reportage, Morgan sait passer inaperçu pour figer des instants partagés et des moments d'émotion. Tout en gardant des poses naturelles, notamment sur la séance photos de couple, le photographe cherche à obtenir des images artistiques et originales avec une mise en lumière évidente qu'il maîtrise à l'aide de ses flashs.

Très réactif, et ce parce qu'il a choisi de ne s'orienter seulement vers des prestations photos de mariages, Morgan traite ses reportages en un rien de temps, permettant à ses clients de se replonger rapidement, et pour des décennies, dans leur souvenirs à travers les magnifiques images qu'il leur propose.


 

"J'aime les mariages fun, rock et décalés." - Stéphane Bourgeon

C'est par son style franc et marqué, ses tons chaleureux et authentiques, que le travail de Stéphane m'a tapé dans l'œil.

Passionné par la photo depuis 15 ans maintenant, Stéphane a fait ses premières photos lors de concours hippiques avant de faire ses armes sur des concerts et festivals, milieu qu'il connait très bien vu qu'il a lui même était guitariste dans un groupe Rock/Métal/Électro.

" Travailler pendant 10 ans en faisant des photos de concert, où le flash est proscrit, m’a vraiment poussé dans mes retranchements. J'ai appris à exploiter au maximum mon boitier, dans ses limites les plus intimes. "

De ce fait, Stéphane utilise essentiellement la lumière naturelle, plus proche de ce qu'il souhaite faire apparaitre dans ses images, pour laquelle il aime souvent utiliser des focales ouvrant à f1.4 pour compenser le manque de lumière ou les contre-jours.

" Pour gérer les situations de lumières difficiles, j'y vais au talent [rire], je fais des tests et je m'adapte. "

Une adaptation à laquelle il doit faire face au quotidien en jonglant entre son métier de photographe et celui d'infirmier de nuit. Exigeant quant à la qualité de rendu de ses images, il lui faut pas moins d'une semaine pour traiter un mariage, tout en s'accommodant à son rythme de vie intense. Chaque mariage, et chaque mariés, étant unique, il faut s'acclimater, ce qui n'est pas facile au début, mais le secret est de rester soi même tout en étant capable de s'ouvrir aux autres.

" Je m'épanouis de plus en plus en faisait des photos de mariage, surtout lorsqu'ils sont fun, rock et décalés. "

Originaire de la Drôme, mais délocalisé dans les Yvelines, il souhaiterait revenir aux sources et faire poser ses mariés au milieu des montagnes qui lui tiennent à cœur.

À l'instar des univers diamétralement opposés dans lesquels il s'est découvert une passion pour la photographie, Stéphane est un photographe qui jongle entre douceur et Rock'N Roll.


 

"Plus qu'un reportage, une expérience." - Marine Claude


Parce qu'elle a passé son enfance et son adolescence à dessiner, Marine n'a découvert la photo que sur le tard, lors de ses études. C'est après avoir sillonné les routes de France, qu'elle décide sur un coup de tête de rejoindre la Corse pour y garder des enfants. Au delà d'un paysage magnifique, Marine rencontre une famille incroyable qui lui donne envie de garder les souvenirs de ces moments de partage, et quoi de mieux qu'une photo pour ça. Après avoir pris confiance en elle, et grâce aux encouragements de son entourage, elle saute le pas, achète son premier reflex et perfectionne sa technique et son œil avec des tutoriels sur YouTube.

"Faire des photos de mariages a été assez évident." Rencontrer des familles et leur offrir des souvenirs au travers de belles photos était, pour Marine, un choix naturel et logique, en même temps c'est comme ça que la photo est venue à elle en prenant une place importante dans sa vie.

Marine a fait le choix du mirorless pour immortaliser la joie de ses mariés. "Je travaille majoritairement, pour ne pas dire tout le temps, en manuel. Avec un hybride, j'ai la chance de voir ce que je fais en live, ça permet d'éviter les erreurs." Pour éviter une lumière dure ou une lumière qu'elle n'aime pas, Marine fait le choix de rester essentiellement en contre-jour. Cette harmonie autour de son travail se poursuit en post production avec un choix colorimétrique assumé qu'elle adore (elle n'est pas la seule). Aimer le travail que l'on propose est une chose importante, c'est pour cela qu'elle pris du temps pour elle, pour apprendre à ce connaitre, savoir ce qui lui plait ou non.

" Aujourd'hui, je propose aux couples une expérience avant tout." C'est parce qu'elle aime les gens, qu'elle laisse sa sensibilité et son cœur s'imprégner de ce qu'il se passe autour d'elle, que Marine arrive à capter des moments forts. Et c'est en prenant du plaisir et en offrant de vrais moments de couple à ses mariés que Marine arrive a faire de belles photos, remplies de partage et de moments vrais.


 

"Si je ne prend plus de plaisir, j'arrête." - Martis Vuillaumier

Martis est un nouveau venu dans le monde de la photographie de mariage mais ça ne l'empêche pas de déjà jouer des coudes avec les photographes installés depuis déjà plusieurs années.

Pour lui, rien n'est acquis en photographie : " La photo est un sport de haut niveau, et, comme un sportif professionnel, je m'entraine tous les jours." La photo évolue tous les jours et il faut évoluer avec elle, raison sine qua non pour espérer atteindre des sommets, comme sur cette magnifique image réalisé l'hiver dernier. " J'ai compris qu'il fallait aller plus loin et chercher la photo qui permet de se démarquer des autres. Mélanie et Guillaume sont partis en vacances au même endroit que moi alors je leur ai dit de prendre leur habits de mariés dans leur valise. " Et c'est après avoir imaginé ces images en avance, et surtout après avoir gravi plusieurs centaines de mètres dans un froid glacial, qu'il a obtenu l'image tant rêvée.

Martis ne se repose pas sur ses lauriers, pour pouvoir toujours être performant sur une prestation de mariage de 12h, il se forme régulièrement, se documente mais il regarde surtout ce qu'il se fait autour de lui. L'inspiration est très importante mais ce qui l'est encore plus pour lui c'est de prendre du plaisir lorsqu'il couvre un mariage. " Si on ne s'éclate pas quand on fait des photos on ne fait pas du bon boulot, et si je ne trouve plus mon plaisir à faire des mariages ça sera surement l'une des choses qui me fera arrêter. "

On lui souhaite vraiment de prendre du plaisir encore longtemps.


 

Être photographe (et notamment photographe de mariage vu qu'il en est question ici), ne se résume à son seul travail et à la création de ses images, c'est avant tout une approche de la photo et une histoire personnelle qui font que tous les points communs aux photographes se transforment en singularités.


Mais dans tout cela, existe t-il vraiment un secret qui fera de nos photos des photos d'exceptions ?


Je reste persuadé qu'il n'y en a pas.


Il y a la technique d'une part, les règles de base connues de tous (triangle d'exposition, composition, ...) mais ce n'est pas un secret, et la vision du photographe de l'autre, l'histoire qu'il nous raconte, qui n'en est toujours pas un. Savoir se détacher de la technique, une fois que celle-ci est "maitrisée", permet de pouvoir s'attarder à ce que l'on veut mettre en avant dans l'image. Et c'est "l'œil du photographe" (un œil sur deux ouvert c'est déjà bien), qui, à travers son objectif, représente l'intégralité de sa réflexion. Le choix de son positionnement dans l'espace, du cadrage et de la composition, ainsi que l'instant, transformera une simple photo en image d'exception.

Ce n'est pas la technique qui nous conduira à cela (tout comme ce n'est pas une question de boitier ou d'objectif), mais notre histoire personnelle, ce qui nous a conduit jusque ici et qui fait ce que nous sommes, intégrant un peu de nous dans chaque image.

Le cuisinier qui suit une recette de cuisine, rajoutera une épice, changera un mode de cuisson ou adaptera le dressage en fonction de son ressenti et de ses goûts (créés par son histoire et son éducation) pour faire de son plat une expérience unique mais, même si la base est commune à tous, il s'appropriera la recette en y ajoutant de sa personnalité.


C'est tout simplement ça le secret : rester soit même.

S'inspirer de tout ce qui nous entoure et du travail des autres (sans jamais copier - et encore moins en le faisant bêtement), essayer des choses nouvelles pour évoluer (en faisant des erreurs pour comprendre) mais surtout rester qui l'on est (en puisant dans notre histoire personnelle).


L'émotion et le sentiment sont intiment liés à chacun d'entre nous. Même si on relate ce qu'il se passe autour de nous, on fait le choix de montrer telle ou telle chose parce que c'est ce moment précis qui nous touche, c'est cette émotion (au sens large du terme - vous pouvez en savoir d'avantage dans cet article : https://www.johnvigny.com/post/le-lifestyle-c-est-quoi ) que l'on veut mettre en avant et partager sans tricher.

En photographie comme en amour (ou n'importe quel autre domaine) tout n'est qu'affaire de séduction, mais l'erreur est de chercher à plaire à tout prix à l'autre en lui montrant ce qu'il veut voir.

" Cette photo a rassemblé des milliers de like alors je vais faire pareil. " Faux.

Si on veut plaire à quelqu'un (ou a un public) c'est en restant nous même, en cherchant ce qui nous attire et en donnant une partie de nous que l'on peut être apprécié et que notre "œil d'artiste" peut s'ouvrir (avoir les deux yeux ouvert c'est toujours mieux).


Et c'est grâce à un "oeil d'artiste" que ma vision de la photo s'est transformée et c'est ce même photographe qui m'a donné envie de faire ce métier, et grâce à qui j'ai pu me créer une philosophie autour de la photo et une façon d'appréhender le mariage qui m'est propre.


Mais ça, c'est une autre histoire.


47 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout