Le lifestyle, c'est quoi ?

Ce terme, qui nous vient de l'anglais, signifie mode de vie ou style de vie. Énormément de photographes pratiquent ce style photographique (moi le premier) mais chacun avec une approche et une vision différente. Il existe autant de séances photo lifestyle qu'il existe de photographes mais elles ont toutes un point commun, celui de capturer des moments de vie naturels et spontanés.



Entre portrait posé et reportage photos.


Wikipédia (parce que c'est ici que tout le monde cherche les infos sur internet et que je n’ai pas de dictionnaire - en même temps le mot ne s’y retrouverait pas) nous donne la définition suivante :

La photographie lifestyle est un genre de photographie qui vise principalement à capturer des portraits de personnes dans des situations et des événements réels de manière artistique.

Merci Wiki pour tes lumières, ça nous éclaire vachement.


À mon sens, (je ne parlerai que de ma démarche dans les lignes de cet article) cette définition est bien trop vague et je pars du principe que dès que l'on programme une séance photo (quelle qu'elle soit) toutes les situations qui se dérouleront en son sein ne seront plus réelles mais orientées et guidées.

De ce fait, je préfère dire que les photos lifestyle répondront plutôt à une recherche d'authenticité, d'émotions vraie et d'instants de vie partagés qui montreront le couple ou la famille tel qu'ils sont dans leur vie et non pas des situations réelles. Je pinaille peut-être un peu mais c’est quand même une différence qui a son importance selon moi.

On est donc à mi-chemin entre des portraits posés et un reportage photos, semblable à celui que je propose pour un mariage, dont l'esthétique de l'image, la lumière et la composition doivent être soignées afin de mettre le sujet (ce ne sont pas les sujets de ma cours, n'ayez crainte, mais je préfère ce terme à celui de "modèle") en valeur.


Dites "cheese" !


On a tous en tête des souvenirs de séances où le photographe nous demande de regarder l’objectif en faisant notre plus beau sourire. C’est le cas notamment pour les photos de classe, les photos de famille ou même pour les traditionnelles photos de groupes sur les mariages (on est presque toujours obligé de passer par là, c’est incrusté - comme une vieille tâche qui ne veut pas partir - dans les mœurs).


Le photographe classique (je n’ai rien contre lui) détient un mot magique pour faire des photos parfaites : «fromage» ...

Hein !?

Ça vous semble mieux quand on le dit en anglais ?

Je ne fait pas partie des photographes convaincu. Alors, oui, la forme de la bouche lors de la prononciation est plus harmonieuse lorsqu'on dit "cheese" ou "ouistiti", certain vont même vous suggérer de dire "money" qui permettrait d'avoir l'air plus détendu - bla-bla-bla - mais rien ne vaut un sourire naturel. Et puis, je vous le donne en mille, vous aurez l'air d'un idiot sur votre photo.

Pour des photos de groupe, il existe cependant des alternatives qui permettront d'avoir un vrai sourire comme en disant "Dites : le photographe est un idiot", par exemple. La surprise du groupe à la blague du photographe pourra déclencher de vrais rires et la photo semblera vraie. Je n'utilise pas cette technique mais elle fonctionne.

Le secret pour être détendu c'est d'être naturel et de vivre.

Bien entendu, j'exagère volontairement en disant que regarder directement au travers de l’objectif donne l’air idiot. Ce n’est pas le cas, évidemment (enfin pas pour tout le monde). Je ne dis pas non plus que les portraits effectués en studio ou en extérieur ne sont pas bons, bien au contraire (j'adore cet aspect et jouer avec la lumière) . Ce n'est juste pas la même démarche et surtout pas le sujet du jour. Quand on n'est pas à l'aise avec l'objectif ou avec l'image que l'on renvoi, on évite les portraits posés sinon l'impression de gêne peut se ressentir immédiatement et l'illusion du naturel disparait complètement, on est donc à l'antithèse du format lifestyle.


Imaginez une séance de famille, il est préférable de laisser un enfant jouer et capturer le vrai, plutôt que l'interrompre en lui demandant de nous regarder et sourire. En rompant l'action par notre intervention, on casse le côté authentique et naturel de la scène. Je trouve ça vraiment dommage. Le lifestyle nous permet de capturer l'instant présent sans tricher sur le message que l'on souhaite faire passer. Dans le cas d'une séance de famille, pourquoi demander à un enfant de retirer les doigts de son nez sous prétexte que ce n'est pas beau, pourquoi essuyer la bouche du petit qui mange sa compote et qui en met de par tout car ce n'est pas esthétique, pourquoi ranger la maison ou la chambre des enfants pour que tout ressemble comme dans un magasine... ? Je pourrai continuer de vous donner des exemples mais vous aurez compris sans doute compris où je veux en venir : la perfection n'existe pas et c'est cet imperfection qui créée des moments vrais, simples et authentiques.


De plus en plus de monde souhaite revenir à l'essentiel en recherchant le naturel et la simplicité qu'apporte ces séances lifestyle. Fini les photos de groupe figées et impersonnelles devant les beaux géraniums du jardin de mamie.


Ici on met en avant des moments de vie propices au souvenir et à un flot d'émotions.


Capturer l'émotion.


Pour que l'on ressente l'authenticité et le naturel des personnes il faut instaurer un climat de confiance. Que ce soit sur une séance photo ou sur une journée de mariage j'ai besoin que les couples ou les familles se sentent à l'aise, qu’ils qu’ils puissent être eux-même, sans aucun filtre vis-à-vis de moi, comme si j'étais leur ami, quelqu'un avec qui l'on se sent bien et à qui on ne dissimule pas ses émotions.

Quand on lit un livre, quand on regarde un film, un tableau, ou même quand on mange (oui, j’y reviens toujours), ... on vit une expérience qui est définie par des émotions, plaisantes ou déplaisantes, c'est ce qui nous attire et nous fait vibrer.


Mais comment peut-on être sûr que l'on saisit une émotion ? Rassurez-vous, tout est émotion. Par exemple, imaginons une photo où un enfant pleure parce qu'il a fait tomber sa glace. Il peut ressentir de la tristesse, de la colère ou de la déception. L'adulte qui l'accompagne et qui voit cette scène pourra être en compassion ou rempli de joie par le rire que provoque la situation. Quant au spectateur qui regarde cette même photo, il pourra être étonné, surpris voire même montrer un total désintérêt et s'ennuyer à la vision de cette image.

Comme le montre la roue des émotions de Robert Plutchik (on en trouve plusieurs déclinaisons), il existe 8 émotions de base (primaire), opposées deux à deux (émotions complémentaires) avec de multiples nuances. Toutes ces émotions et leurs relations sont définies par des couleurs et des teintes différentes. On le sait, les couleurs sont le reflet de nos émotions, d’ailleurs il existe bon nombre d’expressions qui le stipulent : voir la vie en rose, rire jaune, être vert de rage, rouge de honte, avoir le blues (bleu en anglais), broyer du noir (même si ce n'est pas une couleur), être blanc comme un linge (mais ça n'est pas non plus une couleurs), …

Ça ne vous rappelle rien cette roue des émotions de Plutchik ? Il n’y aurait pas un lien pas à la roue chromatique ?! J'ai envie de croire que rien n'est dû au hasard. Si cela vous intéresse, je vous parlerai de la roue chromatique et des harmonies de couleurs dans un prochain article.


Nos souvenirs sont créés par des émotions et les photos nous permettent de figer ces moments si importants à nos yeux comme la grossesse d’une mère, la naissance d’un enfant ou l’union de deux êtres qui s’aiment. On veut pouvoir garder en mémoire mais on aime surtout les raconter et montrer les événements qui nous procurent de la joie et du bien-être autour de nous parce que les émotions sont faites pour être partagées.


Pour capturer des émotions, il faut d'abord les créer.

C’est à ce stade que j’interviens en appuyant sur le bouton au bon moment.

Si c'était aussi simple...


Pour guider les sujets et les mettre en confiance, c'est bien en amont de la séance, dès la prise de contact, que le tout s'opère. Le fait de savoir que l'on a pas besoin de poser, et qu'il faut juste rester tel que l'on est nous met à l'aise dès le départ. Toutes les craintes et les appréhensions disparaissent en partie. Être à l'écoute des envies des personnes est sans doute la chose la plus importante.


En tant que photographe, on a déjà une idée en tête de ce que l'ont aimerait mettre en avant mais si ça va à l'encontre des envies et de qui sont les personnes, le résultat ne sera que négatif. Les sujets ne seront pas à l'aise à l'idée de faire quelque chose qui ne leur correspond pas, et une contrariété pourrait se faire ressentir. Même si la contrariété est une émotion, qu'il n'y a pas de bonne ou de mauvaise émotion, ce n'est pas ce que l'on veut mettre en avant et que l'on aimerait garder à l'esprit.

Grâce à un questionnaire que j'envoie avant la séance, je peux connaitre les attentes de chacun, ce qu'ils aiment et ce qu'ils ont envie de mettre en avant lors de la séance.

Organiser la séance en fonction de ce questionnaire me permets de créer une ambiance et une atmosphère qui est propre aux modèles (oui, j'ai craqué, mais il y avait trop de fois "sujet" dans l'article) et dans laquelle ils se sentiront bien. Cela favorisera les interactions et les expressions naturelles.

Le choix du lieu est très important car il va mettre en exergue les émotions. S'approprier les lieux permet de se sentir bien, de vivre son instant présent pleinement et lâcher prise avec les appréhensions.

Il faut laisser vivre la séance tout en faisant en sorte de se faire oublier et devenir comme invisible mais sans oublier d'être toujours à l'écoute pour guider les personnes quand le besoin s'en fait ressentir.


Le vrai secret d'une séance lifestyle c'est d'être en confiance avec son photographe et de laisser les aprioris derrière soit.


Pour ne pas piquer le slogan d'une célèbre chaine de fast food (enfin si quand même), pour une séance lifestyle réussie, le plus simple, c'est de venir comme vous êtes.

Ci-desssus, un extrait de la superbe séance lifestyle grossesse avec Clara et Gaëtan.

Pas forcement à l’aise dès le départ (c’était leur première séance photos de couple) ils ont su me faire confiance. J’ai été à leur écoute du début à la fin ce qui leur a permis de faire tomber les barrières et de vivre le moment présent sans réfléchir à comment être ou ne pas être (telle est la question qui ne se pose plus). On ne pense pas de savoir si l’image qu’on renvoie est la bonne, on profite simplement d’une expérience émotionnellement forte. Le résultat leur ressemble : un couple qui s’aime, heureux d’être de futurs parents.


Vous n'êtes sans doutes toujours pas à l'aise face à un appareil photo, mais est-ce que vous êtes maintenant prêt à franchir le cap ? Ne l'oubliez pas, le lifestyle, c'est juste qui vous êtes, en toute simplicité.

11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout